Parvovirose

La parvovirose ou gastro-entérite hémorragique du chien est une maladie virale systémique (contrairement au rotavirus et aux coronavirus), inscrite sous la liste des vices rédhibitoire pour l’espèce canine, et connu dans les élevages depuis plus de 20 ans. Le parvovirus sauvage (chv2) a aujourd’hui laissé la place aux sous types CPV2a pour l’Europe et au CPV2b pour les USA dont la durée d’incubation est raccourcie et le pouvoir pathogène est  accru par rapport au virus originel.

Depuis la généralisation de la vaccination systématique en élevage, cette maladie est passée d’un stade épizootique (véritable vague décimant toutes les portées) à un stade enzootique (évolution à bas bruit touchant quelques chiots en période critique au sein d’une même portée). Il est donc devenu tres difficile aussi bien pour l’éleveur que pour le vétérinaire de se fier à l’épidémiologie de la maladie ou au seuls symptôme observés pour diagnostiquer la parvovirose.

Les symptômes de la parvovirose

-Anorexie du chiot ou du chien puis abattement intense sur un ou plusieurs chiots d’une même portée.

-Vomissements incoercible suivis d’une diarrhée nauséabonde parfois teinté de sang noir.

-Déshydratation

-Mort subite sans symptômes précurseurs (forme foudroyante ).

-Avortements, anasarque, myocardite

Attention de nos jours tous ces symptômes ne sont pas systématiquement observés.

Mode de contamination de la parvovirose

Virus nu donc très résistant dans le milieu extérieur (jusqu’à deux ans dans des conditions favorables). Le virus de la parvovirose est essentiellement transmis par voie féco-orale mais également par la salive, l’urine et le pelage (lors de la tétée) ou par des vecteurs passif (chat, rongeur,eau de boisson, matériel souillé ou simplement par vos chaussures ou vos mains ). le mode de contamination trans-placentaire à pratiquement disparu de nos jours grace à la vaccination de nos lices.

Incubation de la parvovirose

l’incubation dure en moyenne de 3 à 5 jours durant cette période le chiot se porte bien.

Le virus pénètre par voie orale, se réplique dans les amygdales et atteint l’épithélium digestif par voie sanguine puis se multiplie dans les cellules à fort taux de renouvellement (entérocytes, leucocytes, moelle osseuse, thymus).

Les chiens et chiots à risque

-Les chiots en période critique: période de transition entre l’immunité passive amené par le premier lait de la mère (colostrum) et l’immunité active (anticorps produit par le chiot suite à une injection vaccinale ou un contact avec le virus.

-Surpopulation ou rassemblement de chiots (d’ou les pertes avec les chiots venant d’importation en masse)

-Malnutrition (carence protéique calorique ou vitaminique  A.B.E).

- Coronavirus la multiplication des cellules de cryptes intestinales présente alors un terrain favorable au parvovirus ou campylobactériose associés.

-Parasitose digestive concomitante , gardiose notamment qui agave la sévérité de l’affection.

Les races : rottweiler, berger allemands, springer spaniel, american statffordshire terrier, doberman pinscher, greyhound ou siberian husky semblerait être plus touché et plus gravement atteints que les autres.

Traitement de la parvovirose

Traitement palliatif:

-Perfusion jusqu’à réhydratation optimale, antiémétique, pansements gastro intestinaux  , modification de la motricité digestive, antibiothérapie par voie systémique, diète hydrique.

Traitement spécifique:

La mort étant généralement consécutive à une endotoxémie  bactérienne d’origine digestive, un sérum à été développé aux Etats-Unis. 60/100 des chiots traité avec ce sérum aurait survécu.

Last updated by at .

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>